Tissus biologiques certifiés GOTS

Confection de masques barrière : nos conseils

Accueil Confection de masques barrière : nos conseils

Mise à jour du 01/05/2020

Une petite mise à jour de notre article sur la confection de masques barrière s’impose… Je voulais commencer par vous donner mon avis personnel sur la question. Pas un jour ne passe sans que les « recommandations » ne changent du tout au tout, voire se contredisent entre les différents organismes dont vous avez sûrement entendu parler : AFNOR, IFTH, DGA… Cette situation est extrêmement énergivore pour nous petite mercerie créative et personnes consciencieuses ! Nous avons toujours tenté depuis le début de la crise de vous donner l’information la plus précise possible sur nos produits, l’information la plus actualisée. Nous faisons le point sur l’état actuel des connaissances mais nous ne souhaitons pas poursuivre les investigations plus longuement et espérons reprendre au plus vite notre cœur de métier, zéro déchet, puériculture, mode et habillement.

Sommaire

Quelles sont les catégories réglementaires de masques ?

Quels critères pour les masques UNS et les masques artisanaux ?

Comment vendre ou donner son masque « artisanal » ?

Qu’est-ce qu’un masque barrière ?

Quel modèle choisir ?

Le patron de masques « à plis »

Le jeu de brides

Quels tissus choisir ?

Les tissus de Cousu Bio sont-ils testés IFTH/DGA ?

Quelle étoffe choisir chez Cousu Bio ?

Comment utiliser et entretenir mon masque ?

La recommandation AFNOR officielle

La recommandation personnelle Cousu Bio

Lexique


1. Quelles sont les catégories réglementaires de masques ?

Concrètement il semble qu’émanent deux grandes catégories de masques :

  • Les masques UNS (Usage Non Sanitaire*) 1 et 2 fabriqués par les industriels qui ont fait effectuer les tests IFTH/DGA ;
  • Et les « artisanaux » ceux fabriqués artisanalement par les créatrices indépendantes, les bénévoles, vous-même ou votre grand-mère ;

* https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection

A.Quels critères pour les masques UNS et les masques artisanaux ?

  • Les masques UNS 1 et 2 doivent passer des tests en laboratoire, IFTH et DGA et répondre à des critères très stricts moyennant la somme de 1110 € / test*. Je ne détaillerai pas le contenu des tests car je ne les connais pas mais ils vérifient grossièrement la respirabilité, la projection des particules inférieures à 3 microns et la résistance aux lavages. Les industriels qui réussissent le test ont le droit d’apposer le logo « Filtration garantie » dessus. Pour cela, ils envoient des échantillons de tissu ou de masques de leur stock. C’est cette liste que l’on peut consulter sur le site de l’IFTH. Pour la couturière amateure et même confirmée, ce n’est pas la peine d’essayer de la comprendre… Il s’agit de dénominations plus ou moins vagues, propres à chaque entreprise qui a proposé cet assemblage et qui est donc impossible à reproduire chez soi !
  • *https://www.ifth.org/wp-content/uploads/2020/04/COMMANDE_TEST_VERSION_2804.pdf

  • Le masque que nous appellerons « artisanal » lui n’est soumis à aucune norme, voire aucune recommandation. Dans sa version du 28 avril 2020, l’AFNOR a retiré sa liste « indicative » de matériaux (la fameuse "popeline 120 fils") pour réaliser les masques DIY, nous référant uniquement à la liste de l’IFTH, celle dont je viens de vous dire qu’elle était imbuvable pour les non industriels ou l’immense majorité de couturiers qui ne pourront pas débourser 1110 € pour vérifier leur assemblage, vous vous en doutez. La MAJ de l’AFNOR du 28 avril 2020* indique simplement en Annexe A que le masque « artisanal » doit être composé de 2 ou 3 couches d’un tissu à tissage « serré », d’épaisseur « moyenne », nous voilà bien renseignés.
  • * https://masques-barrieres.afnor.org/home/telechargement

B.Comment vendre ou donner son masque « artisanal » ?

En écrivant cet article et connaissant nos clients, je me doute qu’aucun d’entre vous n’est concerné par la confection de masques industriels UNS 1 et 2 n’est-ce pas ? Alors quid des masques « artisanaux » à destination d’un usage « personnel » ? Hé bien aucun document n’indique de recommandation particulière à ma connaissance… Je pourrais seulement vous recommander de livrer une notice explicative avec le masque afin d’informer au mieux le client.

Indiquez sur l’emballage :

  • L’intitulé « Masque barrière »
  • La durée d’utilisation préconisée
  • Les instructions d’utilisation et d’entretien

Ce qui est acquis pour vous ne l’est pas pour tout le monde, ne laissez pas planer le doute et indiquez strictement aux destinataires que ce masque n’est PAS à usage sanitaire et qu’il ne dispense surtout pas des gestes barrière.

ATTENTION : si vous avez suivi jusque-là, si votre masque n’est pas homologué UNS par la DGA/IFTH vous ne pouvez PAS le vendre à des individus ou entités dans le cadre d’un usage PROFESSIONNEL. Le cas échéant vous vous mettriez dans l’illégalité à l’égard du Code du Travail.

Continuons à présent avec des informations plus concrètes pour la confection de votre masque « artisanal » (si vous avez suivi, il ne s’agit donc PAS du masque UNS 1 ou 2 »).

Pour la rédaction de ce mémo, nous nous sommes quasi essentiellement appuyés sur le document « AFNOR SPEC S76-001 version 1.1 : Masques barrières : Guide d’exigences minimales, de méthodes d’essais, de confection et d’usage » proposé par l’AFNOR.

Nous vous invitons vivement à télécharger directement ce document très complet à cette adresse : https://telechargement-afnor.com/masques-barrieres

2. Qu’est-ce qu’un masque « barrière » ?

Le dispositif « masque barrière » est destiné à compléter les gestes barrières et les règles de distanciation sociale. Il est destiné au grand public et notamment à toute personne saine ou asymptomatique.

Le masque barrière n’exonère aucunement l’utilisateur de l’application systématique des gestes barrières, qui sont essentiels, ainsi que des règles de distanciation sociale visant à lutter contre les infections virales.

Il permet de constituer une barrière de protection contre une éventuelle pénétration virale dans la zone bouche et nez de son utilisateur ou d’une personne se trouvant à proximité. Il a pour vocation de protéger cette zone contre tout contact avec les mains.

L’utilisation du masque barrière est envisagée par exemple pour une personne quittant son domicile pour se rendre sur le lieu d’exercice de l’activité professionnelle ou pour effectuer des achats de première nécessité dans des établissements autorisés.

3. Quel modèle choisir ?

A. Le patron de masque « à plis »

Nous recommandons le modèle de masque « à plis » car c’est celui qui s’adapte le mieux aux différentes étoffes et reste très simple à coudre (c’était aussi celui préconisé par l’AFNOR dans l’ancienne version).

Voir le patron et le tuto : https://latelierdesgourdes.fr/tuto-masque-afnor/

B. Le jeu de brides

Nous recommandons ensuite un jeu de bride qui s’attache derrière la tête et non derrière les oreilles pour les raisons suivantes :

  • Nos élastiques de fond de tiroirs n’étaient pas vraiment prévus à cet usage, ils vont blesser l’utilisateur qui doit le porter plusieurs heures derrière les oreilles. Avez-vous essayé de porter un masque avec un élastique 10 mm de large ? Vous ne tiendrez pas 10 minutes avec !
  • Tous les élastiques n’ont pas la même élasticité ! Ainsi le masque que vous allez créer ne sera peut-être pas à la taille de la personne qui va le porter. J’ai vu des personnes avec des masques dix fois trop grands, complètement inutile !
  • Préférez un élastique à nouer derrière la tête par l’utilisateur. Ainsi, au premier usage il le nouera à sa taille et ne le défera plus. Un masque qui n’est pas ajusté ne sert à rien, un masque que vous touchez cent fois pour le remettre c’est encore pire…
  • Si vous n’avez pas d’élastique pas de panique ! Un cordon ou une bande de jersey fera l’affaire.

NOTE : attention, les élastiques et cordons composés de coton rétrécissent au lavage, comme le tissu !

4. Quels tissus choisir ?

A. Les tissus de Cousu Bio sont-ils testés IFTH/DGA ?

Pour tout vous dire, nous souhaitions faire tester nos tissus pour vous donner une indication sur leur potentielle classification, nous n’allons finalement pas faire tester nos tissus aux normes UNS. Pourquoi ?

  • Un coût non négligeable, 1110 € pour un test qui n’est pas de l’objet de notre entreprise ! Nous ne sommes pas une usine de dispositifs sanitaires, ni épidémiologistes, et malgré toute la bienveillance que nous portons à nos clients, ne souhaitons pas le devenir.
  • Même si NOUS faisons tester nos tissus à titre indicatif, cela ne VOUS donne pas l’autorisation de les labelliser UNS.

B. Quelle étoffe choisir chez Cousu Bio ?

Nous nous référons ici à l’annexe A du document Spec AFNOR dédiée aux masques « artisanaux ». La fameuse référence à une "popeline 120 fils" a été retirée du document.

  • Tissage serré
  • Epaisseur moyenne
  • 2 ou 3 couches
  • Non irritante
  • Pas trop chaude

Au regard de ces critères, nous vous conseillons d’utiliser une étoffe de popeline 100% coton biologique. (donc je me répète, pas de PUL, polaire ou vieux rideau de douche !)

>> VOIR LES POPELINES

Cet assemblage est corroboré par l’ingénieure et blogueuse L’Atelier des Gourdes qui travaille en collaboration avec l’AFNOR sur l’élaboration des normes.

Pour vous donner l’information la plus précise possible et à titre indicatif :

  • Nos collection exclusives, à savoir Jardin Secret, Aurora, Flower Power et Alaska sont composées de 88 fils /cm². (57 fils chaîne/cm + 31 fils trame /cm). Nous n’avons pas l’information pour la collection Into the Woods qui est plus ancienne.
  • Nous n’avons pas l’information de la structure des popelines des autres marques (Cloud9, MonaLuna, C.Pauli, etc.) que nous distribuons mais on peut considérer qu’elles rentrent dans les critères du masque « artisanal ».
  • Toutes nos popelines sont certifiées biologiques Global Organic Textile Standard (voir l’article Que garantit le label GOTS) il n’y a donc aucun risque d’effet indésirable pour la santé humaine.

LAVEZ VOS TISSUS AVANT DE COUPER ET COUDRE, en premier lieu pour des mesures d’hygiène mais également pour fixer son rétrécissement !

Astuce : j’ai du tissu chez moi mais je ne sais pas si c’est du synthétique ou du coton… Faites le test du briquet ! Passez votre tissu sous la flamme : s’il « fond » comme un plastique, c’est un synthétique, s’il « brûle » comme un papier, c’est un coton.

5. Comment utiliser et entretenir mon masque

A.La recommandation AFNOR officielle

  • Port du masque limité à une demi-journée (env. 4 H)
  • Il doit pouvoir être ajusté étroitement sur le nez, les joues et le menton de la personne qui le porte pour assurer une étanchéité suffisante vis-à-vis de l'atmosphère ambiante
  • Avant de mettre le masque, lavez-vous les mains
  • Essayez de ne toucher que les élastiques ou les liens du masque lorsque vous le mettez. Vérifiez qu’il est bien ajusté. Ne touchez plus au masque une fois en place.
  • Lavez-vous les mains une fois que vous avez ôté votre masque.
  • Conservez-le dans un sac plastique dédié jusqu’au lavage.
  • Le cycle complet de lavage (mouillage, lavage, rinçage) doit être de 30 minutes minimum avec une température de lavage de 60°C. Utilisez votre lessive habituelle. N’utilisez pas d’adoucissant.

B.La recommandation personnelle Cousu Bio

STOP ! Ce dernier point est le plus important. Voilà que je vous ai recopié mot pour mot la recommandation « officielle » de lavage du masque. Cela ne semble choquer personne de faire tourner une machine à laver pour vos 2, 5 ou même 15 masques. (Pire encore mais je vous ai épargné cette partie, la recommandation officielle est de ne pas faire sécher le masque à l’air libre…).

A titre informatif, une lessive à 60°c c’est :

  • Au minimum du minimum 45 litres d’eau (jusqu’à 110 litres d’eau)*
  • Entre 0,8 et 1 kwH d’électricité
  • Des litres de détergent aux effets abominables libérés dans la nature…

Il me semble que dans un pays où il y a quelques mois encore nous étions au bord de la banqueroute non pas économique mais en ressources en eau, cette recommandation, même à titre sanitaire est une hérésie environnementale. Quand nous ne pourrons plus nous laver les mains, on se demandera bien avec quoi on a lavé nos masques. Heureusement une solution existe et alors là vous allez me prendre pour un génie de la science, une solution connue depuis trois siècles et officialisée par un certain M. Pasteur : la stérilisation ! Rien de plus simple, nettoyez brièvement vos masques avec un savon de Marseille puis rincez. Enfin placez vos masques dans une casserole d’eau que vous porterez à ébullition pendant 15 minutes et le tour est joué ! Nos popelines résistent à l’ébullition, peut-être pas 30, 50 ou 100 fois, il faudra simplement vérifier l’état général du masque.

Ceci n’est aucunement une recommandation officielle mais un avis personnel de Cousu Bio. Dans sa FAQ, l'AFNOR indique qu'il est possible de faire bouillir le masque pour le nettoyer mais que cela pourrait endommager le tissu. Ce n'est pas le cas de nos étoffes qui vont bien résister, au contraire d'un lavage mécanique répété qui générerait bien davantage de frottements !

* https://particuliers.engie.fr/electricite-gaz/estimation-prix-gaz-electricite/conseils-calcul-consommation/comment-calculer-la-consommation-de-votre-lave-linge.html

Bonne couture à tous et toutes, prenez soin de vous !

Lexique

AFNOR est une association de loi 1901, mandatée par le législateur en tant qu’animateur central de la normalisation en France pour :

  • Recenser les besoins
  • Coordonner l’élaboration des normes
  • Homologuer et publier les normes (que vous connaissez sous le préfixe, NF, EN ou ISO)

AFNOR a pour mission de fixer « les standards en matière de qualité, de sécurité ou de performance pour tous les produits, services ou les pratiques qui nous entourent ».

IFTH : Institut Français du Textile et de l’Habillement

DGA : Direction Générale de l’Armement


Scroll To TopScroll To Top
Fermer